EXPOSITION
DU 26 NOV 2021 AU 12 FEV 2022

DYSLÉXIE DE SURFACES (III)

JEAN-JULIEN NEY

ESPACE CLAUDE PARENT/LYCÉE RAOUL FOLLEREAU DE NEVERS

C’est un lieu commun : nous évoluons sans répit (ou presque) dans un monde d’images et de technologies dont les origines, les mécanismes nous échappent grandement – happés que nous sommes par leur efficacité fonctionnelle.
À rebours de cet état de fait, là où l’on ne perçoit habituellement que boîtiers compacts et opaques, l’installation Dyslexie de surfaces, nous invite à pénétrer dans cet espace caché, à en éprouver l’esthétique.

Dans ce chantier au long cours qu’il développe depuis 2019, Jean-Julien Ney appréhende nos objets numériques dans leur physicalité irréductible. Il sépare les composants, distend les circuits, insère du vide, crée des volumes, travaille l’image et son altération telle un objet. Ses mains dissèquent, mais loin de se défaire de la logique machinique, elles nous la restituent comme agrandie, en quelques sortes à la fois ridiculisée et effrayante.
Nous sommes en effet face à des paysages à l’élégance clinique, se présentant comme autant d’arrêts sur image pris dans le mouvement imperturbable d’une machinerie obsessionnelle. Régies selon l’angle droit du profilé d’aluminium, des surfaces se dupliquent, obéissent à un processus imparable, à même d’absorber, comme le suggère le titre, ses propres dysfonctionnements. Une fuite en avant absurde ?
C’est en tous cas une mise à distance qui s’opère dans notre regard.

Dyslexie de surfaces (III), est la troisième étape d’un projet initié lors d’une résidence au FRAC Grand Large – Hauts de France et aux Résidences-Ateliers Vivegnis International de la ville de Liège.
Jean-Julien Ney a bénéficié d’une aide à la création de la DRAC Provence Alpes Côte d’Azur.

Titulaire d’une DNSEP de l’ENSBA Lyon, 2014 et d’un post-diplôme Kaolin de l’ENSA Limoges 2015, construit sa démarche artistique dans l’exploration des objets fonctionnels et notamment l’ensemble des outils (re)producteurs d’images. Comme un acte de résistance à leur utilisation aveugle, et à l’immatérialité de l’image, il aime à en révéler le monde tangible, à déconstruire la séparation convenue entre image 2D et objet 3D mais aussi entre outils et produits, jouant de notre capacité à appréhender un volume alors que l’on ne peut jamais qu’en percevoir qu’une face. Aussi et comme en corollaire, sa démarche aboutit à la création d’espaces, où nos réalités techniques se trouvent dilatées, superposées selon les points de vue et où les fonctionnalités valent pour elles-mêmes ad libitum.

AUTOUR DE L’EXPOSITION

Lycée Raoul Follereau 9 Bd Saint-Exupéry 58 000 Nevers

Vernissage 25 novembre 16h

INFOS PRATIQUES

La visite de l’exposition s’effectue sur rendez-vous du lundi au vendredi hors congés scolaires
renseignements : chantal.scotton@parcsaintleger.fr

DOCUMENTS À TÉLÉCHARGER