RÉSIDENCE SECONDAIRE

de mars à mai 2020

Alisson Schmitt

Alisson Schmitt (née en 1992, vit et travaille à Rennes) observe nos quotidiens standardisés, mondialisées et s’emploie à créer, comme en miroir, tout un réseau de traces et d’analogies surprenantes. Ainsi suit-elle dans son installation vidéo Rhapsodie en trois, la figure de la déesse Niké, depuis l’Athènes antique jusqu’au Shanghai actuel, ou encore, dans son installation Karmamousse s’amuse-t-elle à suggérer des personnages du tarot marseillais en posture de yoga

À la fois légères et empreintes d’humour, ses installations et ses images souvent doublées d’un récit quelque peu décalé, nous font sourire tout en nous laissant interrogateurs devant ces réalités dérisoires qui nous entourent…voire nous gouvernent.

Au Parc Saint Léger, elle développera un nouveau projet intitulé Oasis, centre d’art à investir, une installation vidéo qui sera exposée à la Maison des arts de Grand-Quevilly en septembre 2019. Comme le suggère son titre, l’eau et l’imaginaire lié aux stations thermales seront les thématiques explorées.

A. Schmitt est diplômée (DNSEP, 2016) de l’École d’art de Rennes (EESAB) et a effectué un programme de recherche post-diplôme Création et mondialisation au Shanghai Institute of Visual Art. Elle a dernièrement été accueillie en résidence à Passerelle Centre d’art contemporain de Brest.